Une nouvelle méthode non-invasive pour explorer l’intérieur du corps humain


Des chercheurs suisses ont mis au point une nouvelle technique d’exploration de l’organisme empruntant les vaisseaux sanguins. Reposant sur un appareil électronique plus fin qu’un simple cheveu, cette méthode pourrait être source d’espoir quant au traitement de tumeurs cérébrales habituellement difficilement atteignables.

Les scientifiques de l’EPFL ont alors conçu un dispositif microscopique, comme le montre la vidéo à visionner en fin d’article. Celui-ci peut s’insérer dans les artérioles (petites artères), voire les capillaires, les vaisseaux sanguins les plus fins et dernières ramifications vasculaires. De plus, l’insertion se fait facilement et rapidement.

Les scientifiques de l’étude expliquent que le dispositif en question ne remplace pas le cathéter classique, mais vient le compléter. Celui-ci se compose d’une pointe et d’un corps ultra-flexible en polymères biocompatibles. Les chercheurs ont utilisé l’image du “fil de pêche” et de “l’hameçon” pour illustrer son fonctionnement. Il suffit en effet de retenir l’extrémité de l’appareil électronique et de laisser le flux de sang l’entraîner vers les vaisseaux sanguins périphériques. Il est également possible de choisir son chemin en tournant doucement l’extrémité magnétique de l’appareil. Les parois des vaisseaux sanguins ne risquent rien puisqu’aucune force mécanique n’est exercée. Par ailleurs, la rapidité d’action de cette méthode réduit le temps d’intervention à quelques minutes au lieu de plusieurs heures. Évoquons également le fait que le contrôle de l’appareil (activation et direction) se fait par ordinateur.

Lire la suite sur @ SciencePost