Selon une récente étude, accoucher d’un garçon augmenterait les risques de souffrir d’une dépression post-partum


Selon des chercheurs britanniques, les femmes qui mettent un garçon au monde auraient 71 à 79% de risque de plus de souffrir de dépression du post-partum que mères qui accouchent d’une fille.

Contrairement au baby blues, qui est surtout dû à un bouleversement hormonal majeur et qui survient tout de suite après l’accouchement, disparaissant rapidement ensuite, la dépression post-partum peut se manifester à tout moment suivant la naissance de l’enfant et durer plusieurs mois.

On pense qu’environ une femme sur dix en souffrirait. Et d’après une étude britannique, qui a été publiée en octobre dans la revue Social Science & Medicine, le risque serait plus grand chez les mères ayant accouché d’un garçon. Une conclusion discutable…