Les grands-mères orques améliorent les chances de survie des plus jeunes


Une récente étude menée chez les orques apporte un nouvel éclairage sur les avantages évolutifs de la ménopause.

Au sein de ces groupes, les femelles orques cessent généralement de se reproduire peu après 30 ans. En revanche, tout comme les humaines, elles peuvent vivre plusieurs décennies après la ménopause. Pour quelle raison évolutive ?

Après examen des données, les chercheurs se sont aperçus que les grands-mères ménopausées jouaient un rôle très important pour la survie de leurs petits-enfants. Cette influence semble être particulièrement forte en cas de pénurie alimentaire. Lorsque les saumons se font rares dans la région et que les femelles ménopausées sont absentes, les plus jeunes ont en effet beaucoup de mal à se nourrir.

Lire la suite sur @ SciencePost
[wpdevart_facebook_comment curent_url="https://wp.worldtop.org/trendy