Le syndrome des ovaires polykystiques


Il est tout à fait normal que le corps subisse ces évolutions, et parmi les facteurs qui y contribuent : l’âge, la procréation et les hormones. Chaque femme est unique, et les changements qu’elle subit seront complètement différents de ceux vécus par une autre.

Le syndrome des ovaires polykystiques concerne surtout les femmes âgées de 18 à 44 ans, donc tout le long des années pendant lesquelles elles sont fertiles. On ne connaît pas les causes exactes du SOPK, mais on retrouve le facteur génétique ou environnemental.

Il est difficile pour les médecins de diagnostiquer le syndrome des ovaires polykystiques car il se manifeste par de nombreux symptômes très différents. Parmi eux, l’oligoménorrhée (règles peu fréquentes ou irrégulières), l’aménorrhée (absence totale de règles), la polyménorrhée (menstruations fort abondantes), une augmentation du volume des ovaires, l’apparition de petites excroissances de peau semblables à des raisins secs au niveau des aisselles ou du cou, un brunissement et épaississement de la peau du cou, de l’aine, des aisselles et des replis cutanés, une perte de cheveux, de l’acné, une pilosité excessive, une prise de poids, etc.

Lire la suite sur @ santeplusmag