Europe : la population respire plus d’air pur qu’il y a 10 ans


La qualité de l’air s’est améliorée ces 10 dernières années en Europe. Cependant, beaucoup d’Européens décèdent encore prématurément à cause de la pollution selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement. 

Alors que la pollution de l’air est la principale menace environnementale pour la santé humaine, la qualité de l’air européenne serait plus saine qu’il y a 10 ans, à en croire le rapport de l’Agence européenne de l’environnement (AEE) publié lundi. Le nombre de décès dus aux principaux polluants aurait reculé entre 2009 et 2018.

En ce qui concerne les particules fines PM 2,5 (particules en suspension dans l’air dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres), le nombre de morts est passé de 417 000 en 2009 à 379 000 en 2018. Pour le dioxyde d’azote (NO2), principalement produits par véhicules et centrales thermiques, les décès prématurés sont passé de 117 000 à 54 000, soit une baisse de 54% en 10 ans. Les émissions des principaux polluants atmosphériques comme les oxydes d’azote (NOx) ont également diminué depuis le début des années 2000. Seul hausse, les particules d’ozone (O3) ont causés 19.400 décès prématurés en 2018, avec une augmentation de 24% depuis 2009.