Covid-19 : après la vague épidémique, la vague psychiatrique


Au-delà de la vague épidémique, c’est la vague psychiatrique qui secoue les services de psychiatrie partout en France. Les experts sont unanimes : le premier confinement a eu des conséquences inévitables sur la santé mentale et pas uniquement celle des plus fragiles. 

On se doutait que le confinement lié à la pandémie de covid-19 aurait un impact sur notre moral mais c’est plus grave que ce à quoi on s’attendait. Addictions, troubles anxieux et dépressifs se sont multipliés entre le mois de mars et le mois de mai 2020. Or, les conséquences désastreuses du premier confinement commencent à peine à se faire sentir que les psychiatres de l’établissement de santé mentale de Ville-Evrard, en banlieue parisienne, craignent une deuxième “vague psychiatrique”. “En psychiatrie, la tension est permanente. Elle n’a fait qu’augmenter d’année en année mais on a connu un vrai paroxysme avec la période postconfinement, au mois de juin”, explique à l’AFP Fayçal Mouaffak, chef du pôle à l’établissement de santé mentale (EPS) de Ville-Evrard à Saint-Denis. De nombreux patients souffrent d’hallucinations, de troubles de l’humeur ou de confusion, ce qui fait craindre aux spécialistes une “vague psychiatrique derrière la vague épidémique”. “On s’attendait à des dépressions, à des anxiétés. Mais c’était beaucoup plus grave que ça avec beaucoup de premiers épisodes psychotiques graves chez des patients sans aucun antécédent psychiatrique”, confie à l’AFP Asma Ben Dhia, psychiatre dans l’établissement depuis 3 ans. 

Lire la suite sur @ Passeportsante.net