“C’est quand même dingue, qu’on soit obligé de chier dans nos camions” : le quotidien révoltant des routiers totalement oubliés


Cette homme est révolté par certaines conditions. Les conséquences du confinement ne cessent d’augmenter pour ces routiers: des restaurants d’autoroutes fermés, des douches dégradées, une hygiène non respectée… C’est l’impression générale qui ressort des propos de ce courageux routier.

« On est traité comme des sous-merdes. C’est infernal. Entre les stations d’autoroutes fermées et celles qui n’autorisent pas les douches, c’est la galère. Des gérants nous refusent l’accès, d’autres nous disent que le ballon d’eau chaude a claqué, ça veut dire la même chose : « Ne venez pas. » Les rares sanitaires ouverts sont en extérieur, mais ils sont dégueulasses. Sur l’A7 j’ai réussi à prendre une douche mardi. On m’a donné les clés et des produits désinfectants. Car personne d’autre ne veut y mettre les pieds dans ces douches, elles ne sont plus nettoyées. Dans les lavabos, il n’y a plus de savon. Mais faut bien qu’on puisse se laver, non ? Je suis parti à 5 heures du matin lundi, je rentre chez moi vendredi soir. Je fais comment ? Sans parler des toilettes, fermées aussi ! Hier, j’ai chié dans ma cabine. C’est quand même dingue, qu’on soit obligé de chier dans nos camions ! C’est lamentable. » 

[wpdevart_facebook_comment curent_url="https://wp.worldtop.org/trendy